Guillaume de Chassy

Lost In Love

Irina de Baghy, Guillaume de Chassy

Cette histoire de femme amoureuse, illustrée par des chansons de Broadway et Hollywood séduit un public large, comme nous l’ont prouvé les premières représentations.

Voici le témoignage de Clément Mao du Festival Terraqué à Carnac :

Bouleversante soirée avec Irina de Baghy et Guillaume de Chassy, autour de l’amour et de la vie d’une femme. La voix sensuelle, vibrante d’émotion de la chanteuse, passait de l’enthousiasme à la confidence, s’élevant pour transformer le désespoir en prière et en espoir tourné vers la joie de vivre.

Le piano subtil et parfait de Guillaume de Chassy accompagnait chaque inflexion de la voix, la prolongeant dans des solos d’un raffinement harmonique extrême. 

Difficile de retenir nos larmes, dans ce sublime parcours porté par deux artistes exceptionnels.

Guillaume de Chassy Irina de Baghy

Pour Barbara

Barbara, ses chansons, sa légende m’accompagnent depuis l’enfance.

Mes parents l’écoutaient avec ferveur et je n’ai moi-même jamais cessé depuis – surtout ses premiers disques, si épurés et sensibles.

En dépit du temps qui passe, son pouvoir d’évocation, paradoxalement empreint de fragilité, reste intact.

Il aura fallu une commande de la Philharmonie de Paris en octobre 2017, pour me décider à partir sur les traces de « la dame en noir ».

Le Pari était de taille : comment me réapproprier ses chansons tout en préservant le mystère, la sobriété, l’émotion sous-jacente ?

L’Ame des Poètes

Élise Caron, vocal Thomas Savy, clarinet, Arnault Cuisinier, bass, Guillaume de Chassy, piano

Je suis seule ce soir
Music is Melody
Danse avec moi

L’Âme des Poètes

« Une merveille.[…] De ce disque aussi beau qu’inattendu, d’une poésie et d’une élégance rares, il se dégage une mélancolie lumineuse. »
France Info / Annie Yanbékian

« (…) vous rentrerez chez vous avec le disque, bouleversé par cette musique des heures grises, entre schubertiades et cabaret parisien des années 40-50, qu’Elise Caron et le trio du pianiste transposent en notre siècle » Jazz Magazine /Franck Bergerot

« De l’élégance, du raffinement, une ambiance feutrée entre mélancolie et désuétude, de la douceur et de la rondeur » Culture Jazz / Yves Dorison